Félix Leclerc

Publié le par doc


Félix Leclerc (1914-1988). Chansonnier et poète

(La Tuque, le 2 août 1914 - L'Île d'Orléans, le 8 août 1988) Né à La Tuque, en haute Mauricie, Félix Leclerc est le sixième d'une famille de onze enfants. Son père, Léo Leclerc, est l'un des plus gros commerçant de bois de la Vallée. Félix tient de sa mère le goût de vivre ainsi que de la musique, il débute ses études classiques à Ottawa en 1928, au Junoriat du Sacré-Coeur et à l'Université d'Ottawa, en  rhétorique et belles-lettres. en 1932, il doit les interrompre, faute d'argent. (cause de la crise économique)


 Il devient annonceur de radio à Québec en 1934, et à Trois-Rivières en 1938. Il entre en 1939 à Radio-Canada, où il travaille comme comédien dans les émissions "Vie de famille" et "Un homme et son péché". Devenu membre des Compagnons de Saint-Laurent, il écrit également des textes pour les séries "Je me souviens" (1941), "L'Encan des rêves" (1945), "Théâtre dans ma guitare" et "La ruelle aux songes" (1946). Le 29 décembre 1950, il fait ses débuts comme chansonnier au Théâtre de l'ABC en france.  Chansonnier et écrivain populaire, Félix Leclerc revient au Québec en 1953 et continue à publier et à écrire pour la radio et le théâtre.


En 1970, il s’installe définitivement à l’Ile d’Orléans, près de Québec.  il publiras des chansons et autres textes de plus en plus engagés politiquement. (du coté indépendantiste). En 1978, il écriras deux recueils de pensées, (maximes et courts récits) Il mouras par la suite le 8 ieme jour de août 1988.



Litanies d'un petit homme. (paroles)

Et sur le chiffonnier,
À côté de tes bas,
Ma paye et mon tabac.

Et sous le tisonnier,
Une brassée de bois
Pour illuminer la soirée.

Et depuis tant d'années,
Ton cœur qui ne dit mot.
Le mien qui parle trop.

Ma hache à affiler,
La maison à trouver :
Nos quatre mains ont bien travaillé.

Il vient au cinéma,
Le visage qui te plaît,
Le mien qui est si laid.

Le loyer augmenté,
Je t'aime plus que la vie.
Les jurons que j'ai dits aujourd'hui.

J'ai mal à ton côté.
Tu as mal à mes yeux.
C'est vrai, c'est faux, c'est les deux

Et ce petit bouquet,
Tout frais dedans ta main,
Demain, sera de l'engrais, ça c'est vrai.

On est tout seul au monde,
Chacun dedans son corps,
Ensemble, chacun son bord.

Rendez-vous dans mille ans,
Plus loin que l'Italie,
Plus loin que ce pays.


http://www.paroles.net/chansons/1547.1/Felix-Leclerc

Publié dans biographie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article